(Last Updated On: novembre 21, 2020)

Qu’est-ce qu’une sciatique

Le scanner a permis de révéler que près d’un quart des adultes n’ayant jamais souffert du dos avait une hernie discale : le noyau du disque vertébral sort de sa «niche» et vient rencontrer le ligament. La douleur sciatique ne vient donc pas toujours de la hernie proprement dite. Elle peut provenir des articulations postérieures des vertèbres qui les relient entre elles. Un étirement brutal de cette zone, lors d’un faux mouvement ou du port de charges très lourdes, peut occasionner, par exemple, de petites entorses des ligaments inter-vertébraux. Une hernie ne fait souffrir que lorsque le noyau du disque s’est déplacé sur le côté, comprimant le nerf sciatique ou venant simplement à son contact, ce qui suffit à déclencher une irritation du nerf et une réaction inflammatoire.

 Un traitement anti-inflammatoire pour la sciatique

Un traitement anti-inflammatoire pour la sciatique« On appelle un peu trop facilement sciatique toute douleur se prolongeant derrière les cuisses. Mais les muscles, les tendons des muscles ou d’autres articulations peuvent en être responsables, et c’est le plus souvent le cas. Peu de personnes souffrant du dos ont une sciatique. L’irradiation douloureuse descend jusqu’au pied et s’accompagne de fourmillements.

Dans le traitement de la sciatique, des médicaments anti-inflammatoires doivent venir s’ajouter aux antidouleurs et aux décontractants. A ce traitement, on adjoint souvent une infiltration de corticoïdes, et parfois le port d’un lombostat (corset léger en résine moulé), car la mise au repos du bas du dos calme l’inflammation.

Une opération, de plus en plus rare

Quelques hernies discales demeurent malheureusement rebelles. Après une IRM (Imagerie par résonance magnétique) ou un scanner, le rhumatologue peut proposer une nucléolyse. Sous anesthésie locale, on injecte une enzyme (la papaïne) qui va dessécher le disque. Et ce après un test cutané indispensable pour vérifier que le patient n’est pas allergique à ce produit. La technique obtient aujourd’hui 70 % de bons résultats, et nécessite seulement 3 à 5 jours de repos. ·On peut maintenant pratiquer des nucléolyses sur plusieurs vertèbres. De ce fait, les opérations sont de plus en plus rares. Sur dix sciatiques par hernie discale, une seule est à opérer. Soit parce qu’il s’agit d’une forme grave, très rare, exigeant de décomprimer le nerf sciatique dans les heures qui suivent pour éviter des séquelles. Soit parce que, deux à trois mois après la nucléolyse, celle-ci est un échec.  Entre les mains d’un chirurgien, spécialiste du rachis, cette intervention rencontre à peu près le même taux de succès que la nucléolyse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here